Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28 août 2011

Article L'Hérault du jour du 26 aout 11 "station aux normes ?"

Réponse du directeur du port , Monsieur Bertret, à l'article de juin de l'hérault du jour, 2 mois passés, pour signaler que la zone de ravitaillement est conforme aux normes !!! Je suis très surprise de cette nouvelle au bout de 6 mois de communication dans les journaux dénonçant ce gros souci et surtout après notre entretien du 17 juin.......! Mais lesquelles ?
Je pense qu'elle a été faite aux normes du moment mais est-elle toujours adaptée pour faire face aux pleins de très gros chalutiers et surtout aux nombres de bateaux qui s'y servent actuellement ? Séte est avant tout un port de pêche qui s'est grandement développé et ses structures ont elles suivi et se sont elles mises aux normes européennes ?
Mais là, n'est pas réellement la question. Le mal reste le même : le gasoil se répand au niveau de la station et surtout au moment des pleins des bateaux...!! La question doit être poser : "cette zone est elle au bon endroit ?"

Je suis amplement d'accord sur l'incivisme des individus, oui aux dégazages de certains pécheurs qui nuisent à leur profession en ne pensant pas au futur, oui au laisser aller de certains mauvais citoyens, oui à la négligence de la direction de la ville, oui au manque de propreté des gens de passages...oui au manque de sévérité des autorités maritimes et du port, oui oui oui à tout incivisme qui pollue et rend crasseuse notre ville de Séte........mais le calamité est toujours là au fil des jours....

Il faut que la région se donne les moyens d'investir sans compter pour le futur de notre environnement marin. La région doit montrer l'exemple d'un port tourné non seulement sur l'économie positive mais aussi sur un environnement préservé.
Je pense que les sétois seraient fiers que l'on parle de leur port (pêche et plaisance) par des moyens révolutionnaires d'infrastructures qui protègent la mer d'une pollution néfaste : le gasoil.

Je souhaite que le groupe de réflexion, proposé à Monsieur Chevalier et Monsieur Bertret avec toutes les autorités concernées ainsi que tous les utilisateurs de la mer, sera le moyen de mettre en oeuvre des moyens efficaces pour lutter tous ensemble contre cet incivisme tant décrié par les citoyens Sétois.

article L'Hérault du 26 août 11.JPG


article L'Hérault du 26 août 11.PDF

25 août 2011

Création du collectif « STOP A LA POLLUTION DU PORT DE SETE »

Le constat

Courant Février 2011 constatant, depuis de bien nombreuses années, l’état lamentable du port de Sète et des canaux principalement souillés par des nappes d’hydrocarbures, j’ai lancé une pétition auprès des citoyens de Sète, afin de mettre les autorités devant leurs responsabilités. A ce jour, j’ai obtenu environ 1000 signatures (Internet, papiers). J’ai établi des contacts très encourageants avec les autorités et de nombreux sétois. Ma démarche est saluée comme utile et pertinente.
Cette pollution est accompagnée de détritus divers tels que polystyrène, plastiques, huiles etc…qui ne font qu’aggraver et amplifier les problèmes de pollutions car elles s’imbibent d’hydrocarbures. . Une odeur nauséabonde accompagne cette pollution.
La source de ce gasoil vient principalement de la station de ravitaillement en carburant, hors normes, par les regorgements lors des pleins effectués par les divers bateaux.
Cette pollution est grave car elle compromet la vie de la flore et de la faune aquatique qui s’y trouve mais elle se répand aussi dans l’étang de Thau par le jeu des courants.
Ces substances ont un effet néfaste sur notre milieu marin. En effet, il existe un risque sérieux de disparition des espèces animales et végétales.
Enfin, le ravitaillement de la zone de carburant est fait chaque jour par des camions dangereux qui circulent dans Sète et détériorent la jetée. La ville doit donc être sécurisée en évitant ces transports.
J’ai envoyé des courriers aux diverses autorités du territoire sans que ceux-ci n’aient été pris en considération.
En conclusion de ce constat :
En juin, une plainte a donc été déposée auprès du procureur de la République pour non respect de la réglementation et ce au titre du Code de l’environnement article L216-6.

Que demandons-nous ?
Le déplacement et/ou l’aménagement de ce dispositif de ravitaillement aux normes les plus strictes afin de protéger le milieu marin de cette pollution et de rendre le port plus propre.

La position des autorités.
La région LR est consciente de ce problème et a inscrit dans son programme futur d’investissement de revoir le dispositif. Toutefois à ce jour rien n’est bien déterminé et le flou est total quand aux solutions.
Le Maire de la Ville se retranche derrière le fait que ce n’est pas de sa compétence, mais me propose de m’inviter à diverses réunions de la SMBT (syndicat mixte du bassin de Thau) sur les dossiers en étude. Et pour l’Agglo, à ce jour, toujours aucune réponse ! Mais je ne désespère pas après l’été !
À la vue du manque de communication entre chaque collectivité, j’ai proposé auprès des responsables du port de constituer un groupe de travail, avec les différentes autorités. (Port, Ville, Agglo, affaires maritimes, des représentants de la pêche, d’associations de plaisanciers et de protection de l’environnement.

La création du Collectif
Afin de m’aider dans ce combat, j’ai mis en place un groupe de pilotage. Pour continuer à avancer, nous souhaitons agrandir ce groupe et créer un plus grand collectif en réunissant des personnes impliquées et compétentes dans la lutte contre toutes sortes de pollutions et particulièrement celle des hydrocarbures.
Le collectif appelé : « Stop à la pollution du port de Séte » nous permettra d’élargir nos connaissances et nos moyens d’action.

En conclusion :
Chaque citoyen, sensible à notre environnement, y sera le bienvenu et pourra, à travers ses éventuelles compétences en matière d’environnement ou de préservation de la faune et de la flore, nous aider à contribuer à la propreté du port.
Ce collectif sera un moyen de pression afin que cette action citoyenne ne soit pas oubliée dans les flots des promesses habituelles.

« Sète, une ville qui a des ressources pour viser l'excellence »


Catherine CHAUZIT et le groupe de pilotage

DSC07657.JPG