Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13 décembre 2011

REUNION SUR LA PROPRETE DES PLANS D'EAU A SETE

Nous tenons en premier lieu à remercier Monsieur CHEVALIER qui a bien voulu, au nom de l’organisme dont il est le président, recevoir ce groupe de travail au sein des locaux de l’EPR.
Nous remercions également l’ensemble des responsables ou Présidents des divers organismes qui ont bien voulu prendre du temps sur leur calendrier pour participer à cette réunion. Cette mobilisation prouve que les problèmes évoqués sont la préoccupation de chacun et que les volontés d’améliorer les choses sont fortes.
Présents :
Affaires Maritimes:
Frédéric BLUA - Administrateur
Capitainerie du Port de Sète :
Philippe FRIBOULET - Commandant
EPR Port de Sète :
Marc CHEVALLIER - Président
Jean Loup BERTRET - DGS
Gendarmerie Maritime :
Jean Luc Gianazoli - Adjudant
Ville de Sète :
François COMMEINHES - Maire
Jean Claude GROS – Adjoint au Maire
Jean Marie TAILLADE – Adjoint au Maire
Patrick REAMOT - DGST
Région Languedoc-Roussillon :
André LUBRANO – Conseiller régional
Syndicat Mixte Bassin Thau :
Luc HARDY - DGS
Port de plaisance :

Fabien LUAIS - Capitaine
Thau Agglomération :
Pierre BOULDOIRE – Président et Maire de Frontignan
Christian GIL -
Collectif STOP à la pollution du port de Sète :
Catherine CHAUZIT – Représentante du collectif
Pierre JOSSE – Groupe de pilotage
Franck PARIS – Groupe de pilotage

Cette réunion est le premier contact avec les autorités de notre territoire. Elle a eu le mérite de rassembler l’ensemble des acteurs concernés par les prises de décisions en matière de pollution et ceux chargés de la répression (diverses autorités de police). Le problème des sources de pollution a été évoqué et des solutions en matière de police proposées (coordination en matière de constat entre les diverses polices). Nombre de questions n’ont pas été évoquées et devront faire l’objet de prochaines réunions. Notre collectif et L’EPR Port de Sète, sont le moteur dans cette démarche.
1)
Après un tour de table où chaque participant se présente, j'explique ce qui m’a poussée à engager cette action. Étant partie prenante dans le milieu de la plaisance (membre du club ASBB de Balaruc les Bains, ancienne Vice présidente de la ligue de voile Languedoc-Roussillon, et par mon engagement dans l’environnement dans l'association "entre mer et étang", j'ai initié une pétition dans la Ville de Sète suite au constat de la dégradation des plans d’eau de la Ville tant par les pollutions récurrentes des hydrocarbures venant de la station d’avitaillement et des divers bateaux à quai que par les macros déchets de diverses sources.
Cette pétition commencée courant février de l’année 2011 a recueilli plus de 820 signatures à ce jour. Elle est constituée de signatures manuelles, recueillies lors du démarchage des commerçants Sétois, et de signatures électroniques sur le blog internet.
Un collectif a été crée qui regroupe actuellement 35 personnes. Il est constitué de citoyens sensibles à l’environnement, de scientifiques spécialisés dans le milieu aquatique, d’ingénieurs, de cinéastes et de professionnels de la mer tels qu’ostréiculteurs, pêcheurs.
Parallèlement à ce collectif un « groupe de pilotage » a été constitué (5 personnes) chargé plus particulièrement d’initier et de suivre les actions à mener dans le cadre de ce combat citoyen.

Séance :

Un document ‘Axes de réflexion’ a été remis aux participants par courrier préalablement à la séance. Il s’agit simplement de s’appuyer sur les diverses Lois et Directives et d’en faire respecter l’esprit. (Loi sur l’eau de décembre 2006, Directive sur la responsabilité environnementale, code des ports maritimes).
Cela me permet de lancer le sujet sur un bateau de croisière, il y a peu de temps, qui ponçait en pleine ville sur le bord du quai et qu'il était impensable que personne parmi les autorités de police n’ait pu le constater, ni police Municipale, ni police portuaire, ni Nationale. La proposition de sévir lance alors le débat...

A la suite des interventions de l'ensemble des autorités, il ressort que les moyens humains et financiers ne sont pas suffisants. La difficulté c’est de faire. Hormis les gros problèmes de pollution où les procédures sont claires et rodées, ce sont les petites infractions cumulées qui engendrent les soucis majeurs (Vitesse excessive dans l’enceinte portuaire, nettoyage de pont, vidange des eaux noires, etc.) qui doivent faire l’objet de prise sur le fait. De plus si l’on parvient à verbaliser il faut un suivi....
La gendarmerie (8 personnes en tout) est insuffisante pour assurer d’autres missions que la surveillance en mer. Ils ne peuvent pas se concentrer sur Sète et qu’en tout état de cause la prise sur le fait étant la règle cela devient impossible de dresser procès verbal.
La ville et le port nous disent avoir tout un système de vidéo surveillance. Mais à quoi cela sert il si on ne peut pas verbaliser ?????
A ce souci, le collectif demande si une coordination pour partager les tâches, ne peut pas se créer.! Certaines autorités proposent de constituer un protocole de constat pour l’ensemble des polices, et d’une formation auprès des agents.
Il est proposé de faire des actions "coup de poing" pour sensibiliser les citoyens à la nécessité de préserver notre environnement marin.

Cette première réunion a permis de faire un état général sur la surveillance et les moyens de chacun pour faire respecter les lois. Nous en déduisons qu'il y a sacré travail à mettre en place....
Une prochaine réunion sera programmée courant février.

Commentaires

Très impressionné, par l'effectif côté monsieur Commeinhes ! Notre Maire a beaucoup de pouvoirs !

En revanche, ça manque de gendarmes et d'argent, constatent tous ces brillants personnages... On se croirait face à une revendication de la CGT !
Avec le coup d'un "Opération coup de poing" pour communiquer, vont-ils se prendre un instant pour Greenpeace ?

Et les gendarmes qu'est-ce qu'il disent ? Ils n'ont pas d'idées à proposer pour augmenter leur efficacité par des collaborations croisées ? C'est trop moderne ? C'est politiquement impossible ?

L'opération coup de poing c'est du vent. Le manque de moyens, humains ou financiers, c'est de la mauvaise gestion !

Il faut réclamer des résultats modestes mais continus avec les moyens existants, tout le reste c'est de l'irresponsabilité.

Bravo au groupe de Pilotage, pour avoir commencé à soulever un coin du voile, et que tout le monde se rende compte que nos rois sont nuls s'ils ne sont pas capables de faire évoluer cette situation avec leurs seuls talents d'organisateurs.

Écrit par : Michel BOUCHET | 13 décembre 2011

Je suis très surpris par l'évolution du compte-rendu de cette réunion ?!
Il me semble qu'une amélioration des problèmes de pollution dans le port ne se réglera pas par des améliorations de sanctions. Des recherches de solutions pour améliorer ou créer une infrastructure adaptée qui permettrait, par exemple (comme c'est écrit plus haut) : d'effectuer des travaux de ponçage, de vider ses eaux noires, de faire son carénage, ou le nettoyage de pont, etc… serait plus efficace !
Je ne dis pas qu'il ne faut pas de sanctions. Mais, si des solutions simples et légales existes, pourquoi les contourner ?
Pour résumer, les petits délits cités dans le compte-rendu ne peuvent être réglés que par une volonté politique ! Créer un espace ou l'on peut poncer.
Tous ceux qui n'y sont pas seront verbalisables. Pas besoin de vidéosurveillance pour constater un flag !
Le budget de le vidéosurveillance + les salaires des "vidéo-surveillants" financeront les infrastructures.

Seul le problème de vitesse excessive dans l’enceinte portuaire reste un problème de gendarmerie et…d'usagé !
Eric Mégou, plaisancier et usagé du port de Sète.

Écrit par : Mégou | 13 décembre 2011

Vous avez bien raison sur tous les plans, beaucoup d'argent dépensé pour rien, juste pour rassurer les citoyens. ...c'est en effet une volonté politique.....
Pour ce qui est des autorités verbalisantes, c'est malheureusement toutes les lois qu'il faudrait revoir, car elles ne sont plus adaptées au contexte de notre société actuelle. L'incivilité est la gangrène de notre société.....mais avant tout, c'est de mettre en place des moyens de nettoyages réguliers et pas une fois par an comme j'ai entendu....!!!!!
Il ne faut pas désespérer, ce n'est qu’une première réunion de contact et de savoir qui fait quoi !!! les prochaines seront plus dans le cœur du sujet.

Écrit par : catherine chauzit | 14 décembre 2011

Pour Michel, Monsieur le Maire est arrivé avec un peu de retard, Mr Taillade le remplaçait en attendant sa venue.

Écrit par : catherine chauzit | 14 décembre 2011

Merci pour ce compte rendu. En ce domaine, comme dans tant d'autres, on constate que notre pays est le champion du monde des réglementations non appliquées car les moyens font défaut et le laxisme prévaut . Espérons que votre action aura au moins une vertu pédagogique.

Écrit par : ulysse | 14 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.