Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 septembre 2011

Ce jour jeudi 29 septembre 2011, entrevue avec L’Administrateur des affaires maritimes.

Nous sommes allés avec des membres du collectif présenter notre démarche aux affaires maritimes.
Le responsable, Mr l’Administrateur Frédéric BLUA, adjoint départemental des territoires et de la mer, nous a reçu très cordialement. Il nous a fait un exposé très clair du positionnement de son administration dans l'ensemble des dispositifs liés à la gestion des territoires (Région, Etat, Communes...). Nous lui avons remis une copie du courrier adressé le 22 avril aux diverses autorités de notre territoire.
Pour information, les affaires maritimes ont un rôle en matière de surveillance et de sauvetage en mer sous l'autorité du préfet maritime, leur responsabilité s'étend également à l'administration et à la gestion des navires (commerce, pêche, plaisance), à celles des marins professionnels embarqués sur ces navires, à la sécurité de la navigation maritime et au suivi technique des navires et, au développement économique des activités des transports maritimes, de la pêche et des cultures marines (conchyliculture, élevages marins) sous l'autorité des préfets de département et des préfets de région.
Ses connaissances tant en matière réglementaire que pratique nous serons très utiles d'autant plus qu'il est partant pour rejoindre le groupe de travail.
Il nous a confirmé aussi que la gendarmerie a la compétence pour verbaliser tout acte d'incivilité quelque soit le lieu ou celui-ci est constaté.
Il nous a aussi parlé de solutions simples et peu coûteuses pour le nettoyage du port et des canaux que certaines villes portuaires identiques à Sète ont mis en place.
La prochaine étape est à venir, à savoir le rendez-vous avec Mr BOULDOIRE, Président de Thau agglomération.

La combattante face à son adversaire......

port sete 015.jpg



zone d'avitaillement :

DSC03657.JPG

10 septembre 2011

Petit à petit l'oiseau fait son nid..!

Dans l'optique de constituer le collectif "STOP A LA POLLUTION DU PORT DE SETE" avec des personnes du milieu marin ou compétentes en matière d'aménagement portuaires ou toute autre personne susceptible de nous aider par ses connaissances (législatives, environnementales, etc..), j'ai rencontré hier, avec un membre du collectif, Monsieur Jean-Marie VIDAL, consultant auprès de la région pour le développement de la plaisance dans le respect de son environnement et qui est aussi à l'origine de l'initiative « Port propres ». Il fut directeur du grand port de méditerranée Port Camargue.
Il est prêt à nous aider et nous soutenir dans ce combat et nous nous félicitons d'une telle recrue eu égard aux conseils éclairés que ce professionnel de la mer et de la plaisance va pouvoir nous apporter.

D'autres contacts ont été pris et notamment avec le Commandant de la Capitainerie, auquel nous allons remettre, la semaine prochaine, le dossier qui a été déposé, le 22 avril, aux autorités de notre territoire. Le dossier sera aussi transmis à la gendarmerie maritime.
Je voulais souligner que SEUL, parmi les présidents ou responsables contactés, le président de Thau agglomération ne nous a pas répondu… !
Notre combat sera certainement long, difficile, semé d'embûches et de résistances par certains ancrés dans leurs petits privilèges, Mr Vidal nous l'a confirmé, et vu l'absence totale de dialogue entre les diverses autorités cela favorise l'incivisme dans la mesure où il n'est pas réprimé.
Mais, nous avons proposé d'être le lien entre tous et de constituer un groupe de travail afin que notre objectif "réduire, voir faire disparaître la pollution dans le port de Sète" devienne une réalité.
Je fais aussi appel à toutes les personnes susceptibles de par leur connaissance du milieu ou par leur volonté à ce battre pour notre cause afin qu'elles rejoignent notre collectif.

Pour les novices de la plaisance, Monsieur Jean-Marie Vidal, coureur au large, ancien capitaine de port et organisateur de courses a suivi une route personnelle aux approches multiples. Il a été en 1972 à la troisième place dans la Transat en solitaire (OSTAR).

Je joins 2 photos de la station de ravitaillement prises cette semaine.....

DSC03667.JPG


photo prise 20 à 25 mm après la venue d'un chalutier....

DSC03666.JPG


ouvertures donnant directement dans la mer situées devant les pompes...je me demande ce que l'on appelle "être aux normes"

28 août 2011

Article L'Hérault du jour du 26 aout 11 "station aux normes ?"

Réponse du directeur du port , Monsieur Bertret, à l'article de juin de l'hérault du jour, 2 mois passés, pour signaler que la zone de ravitaillement est conforme aux normes !!! Je suis très surprise de cette nouvelle au bout de 6 mois de communication dans les journaux dénonçant ce gros souci et surtout après notre entretien du 17 juin.......! Mais lesquelles ?
Je pense qu'elle a été faite aux normes du moment mais est-elle toujours adaptée pour faire face aux pleins de très gros chalutiers et surtout aux nombres de bateaux qui s'y servent actuellement ? Séte est avant tout un port de pêche qui s'est grandement développé et ses structures ont elles suivi et se sont elles mises aux normes européennes ?
Mais là, n'est pas réellement la question. Le mal reste le même : le gasoil se répand au niveau de la station et surtout au moment des pleins des bateaux...!! La question doit être poser : "cette zone est elle au bon endroit ?"

Je suis amplement d'accord sur l'incivisme des individus, oui aux dégazages de certains pécheurs qui nuisent à leur profession en ne pensant pas au futur, oui au laisser aller de certains mauvais citoyens, oui à la négligence de la direction de la ville, oui au manque de propreté des gens de passages...oui au manque de sévérité des autorités maritimes et du port, oui oui oui à tout incivisme qui pollue et rend crasseuse notre ville de Séte........mais le calamité est toujours là au fil des jours....

Il faut que la région se donne les moyens d'investir sans compter pour le futur de notre environnement marin. La région doit montrer l'exemple d'un port tourné non seulement sur l'économie positive mais aussi sur un environnement préservé.
Je pense que les sétois seraient fiers que l'on parle de leur port (pêche et plaisance) par des moyens révolutionnaires d'infrastructures qui protègent la mer d'une pollution néfaste : le gasoil.

Je souhaite que le groupe de réflexion, proposé à Monsieur Chevalier et Monsieur Bertret avec toutes les autorités concernées ainsi que tous les utilisateurs de la mer, sera le moyen de mettre en oeuvre des moyens efficaces pour lutter tous ensemble contre cet incivisme tant décrié par les citoyens Sétois.

article L'Hérault du 26 août 11.JPG


article L'Hérault du 26 août 11.PDF

25 août 2011

Création du collectif « STOP A LA POLLUTION DU PORT DE SETE »

Le constat

Courant Février 2011 constatant, depuis de bien nombreuses années, l’état lamentable du port de Sète et des canaux principalement souillés par des nappes d’hydrocarbures, j’ai lancé une pétition auprès des citoyens de Sète, afin de mettre les autorités devant leurs responsabilités. A ce jour, j’ai obtenu environ 1000 signatures (Internet, papiers). J’ai établi des contacts très encourageants avec les autorités et de nombreux sétois. Ma démarche est saluée comme utile et pertinente.
Cette pollution est accompagnée de détritus divers tels que polystyrène, plastiques, huiles etc…qui ne font qu’aggraver et amplifier les problèmes de pollutions car elles s’imbibent d’hydrocarbures. . Une odeur nauséabonde accompagne cette pollution.
La source de ce gasoil vient principalement de la station de ravitaillement en carburant, hors normes, par les regorgements lors des pleins effectués par les divers bateaux.
Cette pollution est grave car elle compromet la vie de la flore et de la faune aquatique qui s’y trouve mais elle se répand aussi dans l’étang de Thau par le jeu des courants.
Ces substances ont un effet néfaste sur notre milieu marin. En effet, il existe un risque sérieux de disparition des espèces animales et végétales.
Enfin, le ravitaillement de la zone de carburant est fait chaque jour par des camions dangereux qui circulent dans Sète et détériorent la jetée. La ville doit donc être sécurisée en évitant ces transports.
J’ai envoyé des courriers aux diverses autorités du territoire sans que ceux-ci n’aient été pris en considération.
En conclusion de ce constat :
En juin, une plainte a donc été déposée auprès du procureur de la République pour non respect de la réglementation et ce au titre du Code de l’environnement article L216-6.

Que demandons-nous ?
Le déplacement et/ou l’aménagement de ce dispositif de ravitaillement aux normes les plus strictes afin de protéger le milieu marin de cette pollution et de rendre le port plus propre.

La position des autorités.
La région LR est consciente de ce problème et a inscrit dans son programme futur d’investissement de revoir le dispositif. Toutefois à ce jour rien n’est bien déterminé et le flou est total quand aux solutions.
Le Maire de la Ville se retranche derrière le fait que ce n’est pas de sa compétence, mais me propose de m’inviter à diverses réunions de la SMBT (syndicat mixte du bassin de Thau) sur les dossiers en étude. Et pour l’Agglo, à ce jour, toujours aucune réponse ! Mais je ne désespère pas après l’été !
À la vue du manque de communication entre chaque collectivité, j’ai proposé auprès des responsables du port de constituer un groupe de travail, avec les différentes autorités. (Port, Ville, Agglo, affaires maritimes, des représentants de la pêche, d’associations de plaisanciers et de protection de l’environnement.

La création du Collectif
Afin de m’aider dans ce combat, j’ai mis en place un groupe de pilotage. Pour continuer à avancer, nous souhaitons agrandir ce groupe et créer un plus grand collectif en réunissant des personnes impliquées et compétentes dans la lutte contre toutes sortes de pollutions et particulièrement celle des hydrocarbures.
Le collectif appelé : « Stop à la pollution du port de Séte » nous permettra d’élargir nos connaissances et nos moyens d’action.

En conclusion :
Chaque citoyen, sensible à notre environnement, y sera le bienvenu et pourra, à travers ses éventuelles compétences en matière d’environnement ou de préservation de la faune et de la flore, nous aider à contribuer à la propreté du port.
Ce collectif sera un moyen de pression afin que cette action citoyenne ne soit pas oubliée dans les flots des promesses habituelles.

« Sète, une ville qui a des ressources pour viser l'excellence »


Catherine CHAUZIT et le groupe de pilotage

DSC07657.JPG